samedi 26 janvier 2013

Caméras Animales (VA) - Sonopsies

"Je te dis bienvenue au paradis.
Je te dis bienvenue au paradis.
Au paradis des robots."

Échantillon décalé d'horizons musicaux variés, Sonopsies passe notre belle, rassurante et idéale société au test infaillible de la révolution sonore.
Il n'y a plus de temps : le temps, c'est fini. Cet avenir dystopique que nous avions coutume de lire étant plus jeunes, rien ne sert plus de l'attendre puisque nous y sommes. Les trois pieds dedans, à se convaincre nous-mêmes que oui, l'humain, oui ! Il est là l'humain, il s'est levé et a porté le feu, l'humain. Tellement humain qu'il est réduit à un simple numéro et n'a comme seule valeur que sa capacité à obéir, assimiler, puis oublier. Mais certains circuits transmettent parfois mal les informations, les envoyant directement aux cerveaux, de manière brute et presque impossible à remettre en ordre. Outrepassant alors la phase "PROPAGANDE".

Nous voilà donc dans les couloirs, non du Ministère de l'Amour, mais de chez Caméras Animales. Le QG de la résistance mutantiste déborde de glitch, de fidèles allumés récitant des poèmes épileptiques, et d'une lumière blanche aveuglante un peu crade, rappelant l'atmosphère d'une salle d'autopsie. L'un d'eux semble un habitué, toujours à courir partout (il me fait penser à ce clown sur la pochette d'un disque de Mr.Bungle), ils l'appellent "M.Savant Stifleson". Toujours avec une tonne d'objets bizarres sur lui, qui font un boucan funky du diable! Je le suis quelques instants avant de tomber dans une salle où se relayent quelques humains aux prothèses mécaniques jetant en pâture chacun leur tour des suites de mots. Ils torturent la langue, crachent la poésie comme un caniveau vomit ses eaux, assemblant presque numériquement leurs dires. Un répliquant quant à lui, s'amuse à retirer ses puces à la pince. Le froufrou des feuilles de métal sur son exosquelette est, je dois dire, plutôt joli.
L'ambiance marginale jusqu'aux ongles, mélangeant technologie et bestialité, instincts primaires et améliorations physiques et mentales, fleure bon le terrorisme musical. Comme une seringue à travers le tympan, qui vous répand dans les synapses les bases de leur Manifeste. Le Mutantisme.

"Les être humains sont poéticidés et invités à vivre et penser comme des blattes. Soldats perdus d'armées dissoutes, les mutantistes sont ceux qui survivent aux aérosols poéticides dans une société de vendeurs, de publicitaires, et de consommateurs"

Il faut que les caméras SAIGNENT.

Ce qui émerge de l'abîme
peut prendre forme violente,
et conquérir la moitié du monde :
à l'abîme le mal retourne.
Déjà règne la peur,
les despotes sont perdus
Et tous ceux qui dépendent de la force mauvaise
doivent aussi connaître la mort.

L'espérance
L'heure est venue où je retrouve,
mes amis assemblés dans la nuit,
pour le silence sans sommeil,
et le beau mot de liberté,
on le murmure, on le bredouille,
jusqu'à la nouveauté inouie :
sur les degrés de notre temple
nous le crions dans un nouvel enthousiasme :
Avec conviction, à haute voix : Liberté !
Modéré : Liberté !
De toutes les extrémités avec un écho : Liberté!

         - Goethe (Le Réveil d'Épiménide, acte II, scène 4)


Caméras Animales est ce que je qualifierais de collectif militant. Dans l'ombre, et le silence, à travers les pierres et surtout dans vos yeux et vos oreilles (éditions / label), ils agissent, à la fois ancrés dans le contemporain, tout en en étant extrêmement décalés, à penser comme une humanité résistante de demain à leur manière. Sonopsies ("autopsie sonore") est une compilation regroupant divers projets - de tous types, mais toujours sur une optique déglinguée / dans un univers très similaire. Beaucoup de spoken word (la manière qu'a Méryl Marchetti de scander sa poésie me fait beaucoup penser à Luchini), d'ambient et de rock / funky / électronique, si ce n'est du punk. On retrouve d'ailleurs Ichtyor Tides dont j'avais déjà parlé ici-bas.

Comme ce serait les dénaturer que de résumer de telles pensées, je vous invite à lire la version 1.0 du MANIFESTE MUTANTISTE (que Mushin lit et met en musique à merveilles dans Sonopsies).
Est-ce punk ou seulement réaliste ? De l'anticipation ou le moment présent ?
"Le passé, c'est maintenant."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.